Stephen KING ET LE PARANORMAL : LA PERCEPTION EXTRASENSORIELLE.

6. L'ÉNERGIE VITALE

"Vos batteries, comme vous dites, ne devraient jamais être à plat,

vu que vous détenez une réserve de puissance illimitée." (Insomnie,446)

Dans plusieurs romans cosmiques, King a tiré des effets intéressants littérairement d'éléments anciens, récemment repris par les doctrinaires du New Age1, auxquels il n'est pas insensible. Il y manifeste une primauté de l'esprit sur la matière, à l'encontre d'un matérialisme techniciste qui lui fait peur. Alors que le matérialiste se limite à agir sur le quantifiable, certains de ses personnages arrivent à un accord avec les entités du monde-autre. Dans une vision spiritualiste de l'homme et du monde, les personnages kingiens se concentrent sur leur conscience psychologique et leurs pouvoirs cachés. Une énergie particulière, dont ne disposent pas les hommes ordinaires, leur est nécessaire, où moins dans les moments où l'équilibre des forces universelles est en péril.

..

Cette étude fait partie d'une série de six, qu'il vaut mieux lire dans l'ordre suivant :

1. LA VOYANCE

2. LA TÉLÉPATHIE

3. PROCÉDÉS MANTIQUES EN VOYANCE ET BILOCATION

4. L'IMPORTANCE DU MÉDIUM dans l'oeuvre de King

5. UNE EXCEPTIONNELLE MISE EN SCÈNE DE L'AURA

* 6. L'ÉNERGIE VITALE..

.Pour les divers courants ésotéro-occultistes, l'aura est le rayonnement énergétique fluidique du périsprit, ou corps astral2. Leur point commun est d'affirmer qu'il existe un monde spirituel inaccessible aux sens, sur lequel repose le monde perçu par nos sens. Le périsprit sert de lien entre l'âme et le corps, par le moyen de l'énergie vitale ou fluide vital, dont sont imprégnés tous les êtres vivants. Certains hommes débordent d'énergie vitale, d'autres en manquent. Le fluide vital est l'agent qui expliquerait la répercussion du mental sur le physique. Le fluide vital n'est pas de la même qualité chez tous les individus.

Certains hommes ont beaucoup d'énergie vitale, d'autres en manquent. Le fluide consommé se renouvelle par l'absorption et l'assimilation des substances organiques. Ce fluide vital, par combinaison avec le périsprit, permet à l'âme d'agir sur la matière. Le périsprit seul ne suffit pas pour avoir une action sur la matière. Dépourvus de ce fluide vital, les Esprits ne peuvent agir directement sur la matière et ont besoin pour cela de "médiums" c'est-à-dire de personnes capables d'extérioriser leur fluide vital pour le mettre à la disposition de l'Esprit.
Il n'a été question jusqu'ici que de l'énergie humaine, mais l'énergie vitale se trouve également chez les autres êtres vivants et dans les objets.
Une notion théorique entre ici en jeu, de grande importance parce qu'elle sous-tend tout le système ésotéro-occultiste. Quelle peut bien être cette énergie particulière, que nos physiciens ne connaissent pas?

Historique de l'idée de principe vital.

........

La tradition du principe vital a des origines lointaines. Le «fondateur» de l'alchimie, Hermès Trismégiste3, auteur du texte La Table d'émeraude (Tabula smaragdina) qui lui est attribué, disait que la force qui anime le monde est la "force forte de toutes les forces" ce qui ne veut scientifiquement rien dire. Cette expression, un des principes fondateurs des doctrinaires du New Age, auxquels King n'est pas insensible, a été appelée de toutes sortes de noms au cours du temps : télesme, fluide universel, principe vital, âme du monde, feu sacré, force psychique, etc. Paracelse l'appelait l'"arché". On a évoqué cette "force" pendant des siècles, ne disposant que de mots faute de moyens pour en déterminer les caractéristiques matérielles. Les explications se multiplieront avec la découverte du magnétisme terrestre et surtout de la parution du livre de Mesmer4 Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779. Mesmer prétendait avoir découvert l'existence d'un nouvel élément physique, le magnétisme animal, aux caractéristiques proches de l'électricité et de l'aimant

On a depuis cherché en vain à déterminer les caractéristiques matérielles de ce fluide, dont les magnétiseurs et les tenants de l'énergie psychique universelle affirment, sans courir de risques d'être démentis, qu'il est formé d'ondes, de vibrations et de radiations. Actuellement, dans les stages du New Age, particulièrement nombreux aux USA depuis les années 60, on apprend une vision du monde énergétique et vibratoire, en adaptant les traditions ésotéro-occultistes. L'homme ne se réduit pas à son corps visible, qui est doublé d'un corps invisible ou subtil qui soutient le premier et peut s'en séparer à l'occasion (voyance, bilocation). C'est sur ce corps subtil que travaillent guérisseurs, magnétiseurs, etc. qui rétablissent les dysfonctionnements en énergie., notamment sur les plexus ou chakras5, canaux propres à la circulation d'énergie. C'est cette vaste circulation de forces qui explique la voyance, la télékinésie, et divers phénomènes étudiés par la parapsychologie, possibles par un excédent ou une bonne organisation des forces énergétiques.

Un psychologue du XXème siècle très connu, Carl Gustav Jung
6 a éclairé le sujet en dégageant la notion d'inconscient collectif, identique chez tous les individus. Cet inconscient collectif, constitué d'archétypes, est le produit de l'accumulation des expériences millénaires de l'humanité. Pour Jung, "l'idée de l'énergie et de sa conservation doit être une idée originelle qui sommeille dans l'inconscient collectif." Cette image se retrouve au cours de toute l'histoire de l'esprit humain, et elle a fait sentir son influence pendant des milliers d'années. Les religions les plus primitives du monde sont fondées sur cette image. Jung appelle ces religions "dynamistes" parce que leur pensée "unique et déterminante consiste à affirmer l'existence d'une force magique partout présente et qui est comme le centre de toutes choses." 7 .

Jung confirme dans le même texte que cette énergie est celle liée au «mana» mélanésien, bien connu des ethnologues. Le mana8 est une de ces idées confuses, un peu passe-partout. Un seul mot rassemble l'idée d'un véhicule d'énergie magique, une qualité liée à un pouvoir dont certains disposent, à manier selon des rites propres à susciter le fonctionnement de l'énergie. L'américain Arthur O. Lovejoy l'a désigné du nom de "primitive energetics". Cette notion au champ très vaste s'étend à tout ce qui évoque une certaine force, aussi bien Dieu, l'esprit, la force physique, la santé, la fertilité, le pouvoir magique, le pouvoir social, etc. Autrement dit, faute de pouvoir comprendre le sens du fonctionnement énergétique du monde, les hommes ont, dans le passé, projeté leur psychologie sur la réalité en inventant des explications destinées à les satisfaire en les rassurant.

Actuellement, pour le physicien, la quantité d'énergie est liée à la capacité d'un système de fournir un travail, au cours duquel l'énergie se transforme et se dégrade. Sans preuve, certains partisans de l'énergie psychique prétendent que l'énergie connue des physiciens, produite par la matière dans sa structure atomique est négative parce qu'elle est finie et limitée, tandis que la force vitale ou énergie spirituelle (sur laquelle nous ne savons rien) est positive et infinie de par sa nature. Pour fonctionner, l'esprit pourrait donc utiliser une énergie, totalement différente de l'énergie physique normale, énergie psychique que nous n'avons pas les moyens de découvrir ni de mesurer, au point où en sont notre science et nos moyens techniques.

La découverte de l'énergie.

Dans Insomnie, un septuagénaire, Ralph Roberts, perd le sommeil et découvre l'existence d'auras mystérieuses autour de personnes et d'êtres vivants. Il s'aperçoit qu'il n'est pas seul à le faire. Il apprend simultanément à utiliser son énergie mentale pour obtenir des modifications physiques et psychiques importantes. Le tout fait partie de la réalisation d'un dessein d'importance cosmique, qui a mis en action des entités dont il ne soupçonnait pas l'existence. La première constatation faite par Ralph est celle de l'énergie lumineuse des doigts. Les partisans de l'aura, voient, même en pleine lumière, le fluide vital de certains médiums ou magnétiseurs créer des effluves lumineux, colorés de teintes diverses, qui s'échappent de leurs mains. Dans Insomnie, Ralph remarque la première fois le phénomène lors d'un signe que lui fait Lois alors qu'elle passe dans la rue : "Lois le salua de sa main levée et, à sa grande stupéfaction, Ralph vit des lignes diagonales d'un bleu brillant jaillir de la pointe de ses ongles courts, mais soigneusement taillés. On aurait dit des traînées de condensation." (124) Ralph a du mal à en croire ses yeux, vivant le phénomène d'acceptation de l'altérité, comme King le fait pratiquement dans les romans qui utilisent le surnaturel. Cette expérience se renouvelle un certain nombre de fois.

Une première fois, Ralph a le sentiment de disposer d'une énergie particulière insoupçonnée dans des circonstances curieuses. De sa fenêtre, il remarque dans la rue un petit homme chauve malmener la vieille chienne errante du quartier, qu'il connaît bien. Sans savoir pourquoi, il a un geste stupéfiant : "Ralph leva brusquement la main à hauteur de l'épaule, la paume tournée vers sa tempe, comme s'il s'apprêtait à donner un coup de karaté - un atémi. Il abaissa la main et vit, stupéfait, un rayon serré de lumière bleue 9 jaillir du bout de ses doigts et foncer, en travers de la rue, comme un javelot." (306) Le gnome chauve s'interrompt et s'enfuit.

Cette énergie sortie des doigts de la main peut avoir une puissance considérable, comme on peut le constater dans l'exemple suivant. Lors d'un combat entre le policier Leydecker et un agresseur qui a le pistolet à la main : "Ralph leva la main et l'abattit d'un geste tranchant - son atémi de karaté; mais cette fois-ci, au lieu d'un javelot de lumière, ce fut une sorte de grosse larme bleue qui jaillit du bout de ses doigts. Elle traversa l'aura jaune citron de Leydecker juste au moment où l'homme dans la maison ouvrait le feu. Ralph vit deux balles frapper l'arbre qui se trouvait à droite du policier. (...) Une troisième balle heurta l'enveloppe bleue venue se superposer à l'aura de Leydecker, provoquant un bref pétillement rouge foncé (...) accompagné d'un bourdonnement bas lorsqu'elle ricocha, ou glissa, à la manière dont un caillou plat ricoche à la surface d'une eau calme." (508)

Cette énergie, King la relie directement au "ka" 10, notion de La Tour Sombre reprise dans Insomnie, qui en donne en partie la cosmogonie. Le mot, utilisé incidemment dans Les Tommyknockers, sera repris de nombreuses fois dans le deuxième volume de la Tour Sombre, Les Trois Cartes 11 avec des sens qui varient. Un des sens est proche du "mana" de l'énergie vitale, la "force vitale, leur ka." (Insomnie, 584) acceptation qui nous intéresse ici. Un sens proche est celui de la force vitale effectuant un transfert psychique, quand Roland se projette dans l'esprit d'un autre : "Un ka détaché dans le cerveau d'Eddie" (Les Trois Cartes, Le Prisonnier, 3.17)12. Ensuite le "ka" prend le sens d'esprit en même temps que cerveau coordinateur : "Divorcé d'un corps diminué, son esprit - son ka - retrouvait son acuité foncière" (Les Trois Cartes, Le Pusher, 1.4). Ou : "Physiquement présent plutôt que ka désincarné, il n'eût pas manqué de se tenir sur la pointe des pieds, prêt à reprendre les choses en mains au moindre signe de mutinerie" (Les Trois Cartes, Le Pusher, 4.8). Ce sens semble être aussi celui de Le Fléau, quand le juge voit un corbeau : "Ce qu'il voyait devant lui était l'homme noir, son âme, son ka incarné dans ce corbeau grimaçant. (...). Si c'était lui, pourrais-je le tuer? Emprisonner son ka -si cette chose existe- dans le cadavre de ce corbeau?" (954).
La conséquence de cette vaste extension sémantique
13 est que le mot "ka" pourra être utilisé en de multiples circonstances, avec des sens qui s'éloigneront de plus en plus du sens archaïque "mana" ou énergie psychique.

Pourquoi la couleur bleue? King a pu se référer aux thèses de Wilhem Reich14 et ses disciples concernant la bioénergie. La découverte par Reich des «bions» (vésicules qui apparaissent dans des substances organiques dans certaines conditions), dotés d'une charge positive, lui fait penser qu'il a trouvé la formule de la vie. Les transformations produisent une lumière bleue, représentation visible de l'énergie vitale, celle qui anime tout l'univers vivant. Cette énergie particulière, appelée «orgonique», semblable au courant électrique, indifférente à l'ionisation, ne se décèle que dans certaines conditions. L'énergie orgonique n'est pas contenue seulement dans les organismes vivants. L'orgone provient de l'atmosphère et l'énergie vitale est partout, plus ou moins concentrée. Le cosmos en est rempli. L'orgone aurait une couleur bleue. Elle émane du corps humain, surtout des doigts et des yeux. Elle peut être contrôlée par l'esprit, agir sur des choses à distance. Elle est à la source de plusieurs phénomènes paranormaux.
Ses effets sont importants : un individu enfermé dans sa carapace caractérielle a ses muscles et ses organes bloqués par sa vie d'inhibitions et bénéficie peu de la vitalité de l'orgone. Sa puissance orgastique est faible, ou nulle. L'énergie vitale n'alimente plus ses tissus, qui commencent à se décomposer. Mais ce ne sont pas les tissus qui sont malades, c'est la personne qui l'est, qui a perdu son unité fonctionnelle de son esprit et de son corps. Le cancer et beaucoup d'autres maladies sont ainsi des biopathies, des maladie de la vie. Les inhibitions développent des tensions qui bloquent le transit de l'énergie vitale. Le praticien peut, par l'analyse, faire disparaître les plaques de la carapace caractérielle, pour permettre aux émotions vitales d'apparaître. Les exercices proposés visent à libérer les courants profonds d'énergie vitale qui se trouvent dans chaque individu. Il ne sait ordinairement pas se libérer, ce qui explique les divers maux dont il souffre. Pour lever ce blocage, à un niveau ou un autre de l'organisme,. Reich propose un certain nombre de techniques destinées à faciliter l'écoulement du "fluide vital" et à faire disparaître les blocages. Reich avait fabriqué une caisse de bois de la hauteur d'un homme, sorte d'accumulateur de la bioénergie. Son action prétendument thérapeutique sur un homme affaibli, consiste à le charger de l'énergie qui l'entoure, et à l'éloigner ainsi de la maladie, de la vieillesse et de la mort. À noter que, si elle est capable de guérir, elle peut aussi, dans un usage négatif, blesser ou faire mourir d'autres organismes vivants.

Outre la couleur bleue, une deuxième idée a pu être suggérée par Reich. Elle porte sur la notion d'énergie psychique de source humaine, liée à l'énergie vitale. Ralph vient de découvrir le sens des auras, et a compris qu'elles sont liées à la quantité d'énergie dont dispose chacun de nous. Il approfondit cette réflexion individuelle en lui donnant un sens collectif, alors qu'il regarde une bagarre de gamins, à la porte d'un magasin : Deux d'entre eux se sont mis à se chamailler : "
Leurs auras, l'une verte et l'autre de nuance vibrante d'orange brûlé, s'intensifièrent, se rétrécirent et se mirent à chatoyer, parcourues de fils écarlates s'élevant en spirale" signes de leur colère montante. Les gosses s'empoignent, d'autres se rassemblent, prennent parti, les soutiennent, crient : "Un dôme en forme de cumulus d'un violet tirant sur le rouge apparut au-dessus et autour de la bagarre." Suit la description pendant laquelle Ralph se dit qu'il doit y avoir une telle aura au-dessus d'un véritable champ de bataille. Puis sa réflexion s'approfondit et se généralise : "La rue est une débauche d'énergie, pensa Ralph. Le jus dégagé par les deux morveux au cours des quatre-vingt dix secondes qu'a duré la bagarre aurait sans doute suffi à éclairer Derry pendant une semaine; et si on pouvait se brancher sur l'énergie produite par les spectateurs - l'énergie du nuage en forme de champignon - on pourrait sans doute éclairer l'État du Maine pendant un mois. (...) Quelque chose lui disait qu'il avait aperçu la pointe d'un iceberg d'énergie d'une telle puissance et d'une telle vitalité qu'il réduisait toutes les armes nucléaires mises au point depuis 1945 à des pétards allumés par des gamins dans des boîtes de conserve vides. Une énergie suffisante pour détruire l'univers, peut-être... ou en construire un nouveau." (375)
Accédant à quelque chose existant au-delà des sens, Ralph vient de découvrir "
une autre ville, secrète, celle-là, murmura-t-il. Le Derry des auras." (368), le produit de l'énergie psychique, la force vitale sur laquelle se fondent les divers courants spirito-occultistes. Son amie Lois a fait cette expérience en même temps que lui.

La maîtrise de l'énergie.

L'utilisation la plus simple du rayon lumineux est celle de la vie quotidienne, comme le fait Lois avec une porte d'ascenseur qui se referme trop tôt à son gré : "Lois fit un mouvement des doigts en direction des portes - comme si elle les menaçait - et une substance grise lança un filet en éventail de la pointe de ses doigts. Les portes s'y heurtèrent et repartirent dans l'autre sens." (404)
Autre utilisation de cette énergie : la persuasion et l'influence mentale. Ralph a des problèmes avec une réceptionniste d'hôpital dans l'aura de laquelle il a vu la "
dame qui adore les mentions en petits caractères et toutes les formalités" (400), un "chien de garde de la bureaucratie." Elle lui fait des difficultés pour lui accorder les laisser-passer qu'il demande. Par l'ouverture du guichet, il la saisit au poignet : "Il serra doucement et sentit un petit jaillissement de force (...) passer de lui à la femme. Soudain, l'aura trop zélée qui entourait son bras gauche adopta la teinte turquoise délavée de Ralph. L'employée eut un hoquet et sursauta, penchée en avant comme si on venait de couler des glaçons dans le dos de son uniforme.
[«Laisse tomber l'ordinateur. Donne-moi simplement deux laissez-passer, s'il te plaît. Tout de suite.»]
- Oui monsieur», répondit-elle sur-le-champ. Ralph la lâcha pour qu'elle pût accéder aux documents, sous son bureau.
La partie turquoise de son aura redevint orange, le changement de couleur se faisant de l'épaule vers la main. «Mais j'aurais pu aussi bien la faire devenir toute bleue, pensa Ralph. M'emparer d'elle et la faire courir dans le hall comme un jouet à ressort."
(401/2)

Si elle peut servir à influencer, voire à contraindre les individus, cette énergie peut aussi servir à aider, à apaiser, ce que fait Ralph avec Lois qui a pris peur : "
Il passa un bras autour de ses épaules et la serra contre lui, emprisonnant ses bras entre leurs deux poitrines. Les cris de Lois n'en continuaient pas moins à lui percer le crâne. Refermant les mains dans le dos de sa compagne, il l'étreignit de toutes ses forces. La puissance jaillit de lui comme elle l'avait fait le matin même, accompagnée d'une sensation entièrement différente, toutefois. Une lumière bleue se déversa dans l'aura rouge striée de noir de Lois et l'apaisa. Elle cessa peu à peu de se débattre. Elle prit une profonde inspiration et frissonna. Tout autour et au-dessus d'elle, la lueur bleutée s'agrandissait et s'estompait; les bandes noires disparurent, l'une après l'autre, du bas vers le haut, et l'inquiétante nuance rouge malsaine commença à son tour à se dissiper. Elle s'appuya de la tête au bras de Ralph.
[«Je suis désolée, Ralph, je crois que j'ai encore un coup piqué ma crise nucléaire, hein»]" (414)

Un vampirisme énergétique.

Croisant une vieille dame dans la rue, Mme Perrine, spontanément15 Ralph arrondit sa main en cornet autour de sa bouche, et aspire : "Le résultat fut stupéfiant. Une lumière grise en trait de crayon jaillit de l'aura de Mme Perrine, semblable à une aiguille de porc-épic. Elle s'allongea rapidement, allant en sens inverse de la vieille femme, franchit la pelouse jonchée de feuilles mortes et s'enfonça dans le tube formé par la main de Ralph. Il la sentit le pénétrer, avec l'impression d'avaler de l'énergie à l'état pur, l'impression de s'allumer comme l'enseigne au néon d'un cinéma de prestige dans une grande ville. Un sentiment explosif de puissance, violent comme une détonation, parcourut sa poitrine et son estomac avant de dégringoler dans ses jambes jusqu'à la pointe de ses orteils. Il fusa en même temps jusqu'à sa tête, menaçant de lui faire sauter la calotte crânienne comme si ce n'était que le voile fin de béton qui recouvre un silo de missiles.
Il vit des rais de lumière, aussi gris qu'un brouillard chargés d'électricité, fumer depuis l'extrémité de ses doigts. La sensation de puissance, à la fois joyeuse et terrible, illumina ses pensées, mais seulement pendant quelques instants. Elle fut suivie par un sentiment de honte et d'horreur stupéfaite.
Mais qu'est-ce que tu fabriques, Ralph ? Ce truc-là, quel qu'il soit, ne t'appartient pas. Te permettrais-tu de fouiller dans son sac et de lui prendre son argent pendant qu'elle ne ferait pas attention?"
(378)

Ralph et Lois, qui font partie d'une génération qui a été conditionnée par le respect du bien d'autrui, ont été quelque temps gênés par le fait de puiser l'énergie des autres ou de l'utiliser. Quand il a obtenu par un moyen particulier les laisser-passer de la réceptionniste de l'hôpital, il a été interpellé par sa conscience : "
Il fut envahi par un mélange de peur et de honte. Des images de vampirisme lui revinrent à l'esprit, ainsi qu'un aphorisme fameux, tiré de la bande dessinée Pogo : Nous avons rencontré l'ennemi, et c'est nous! 16 Oui, il pouvait probablement faire tout ce qu'il voulait à cette râleuse dans son halo orange; il avait les batteries chargées à bloc. Seul problème, le jus emmagasiné dans ses batteries - comme dans celles de Lois - était une énergie volée." (402) Quand il veut communiquer ses problèmes aux deux petits docteurs chauves, il doit transmettre une image mentale de vampire pour traduire la représentation qu'il se fait de ce vol : "Une chauve-souris surgit d'une meurtrière, décrit deux cercles virevoltants dans un rayon argenté de clair de lune pour devenir Ralph Lugosi 17, en cape et smoking à l'ancienne. Il s'approche d'une femme endormie - non pas une jeune vierge toute rose, mais la vieille Mme Perrine dans sa solide chemise de nuit en flanelle - et se penche dessus pour sucer son aura." (447) On sait que King a été un fanatique du cinéma d'horreur dans son enfance et que cette passion n'a pas diminué avec l'âge.

 La technique d'absorption vue de l'extérieur par Ralph lui donne un autre aperçu de son fonctionnement, quand Lois, fatiguée, «pompe» une énergie disponible : elle "porta une main en cornet à sa bouche et inhala vivement. En même temps, elle eut une sorte de bref clignotement et, dans d'autres circonstances, Ralph se serait peut-être cru la victime de son imagination. Elle était montée 18. Juste un peu. Juste assez pour se nourrir. (...)
Un rayon serré de lumière violette jaillit de leur groupe - du caméraman barbu de Connie Chubg, en fait. Il se divisa en deux à quelques centimètres du visage de Lois; la branche supérieure se divisa à nouveau en deux, et se glissa ainsi dans les narines, tandis que la branche inférieure s'introduisait entre ses lèvres entrouvertes. Le rayon rendit un instant ses joues vaguement translucides, les éclairant de l'intérieur comme une bougie une citrouille évidée." (546)

Problèmes d'énergie.

Le renouvellement de l'énergie.


La production de l'énergie et son renouvellement font depuis longtemps l'objet des préoccupations de l'humanité
(voir plus haut les références à Jung et sa conception de l'idée de l'énergie et de sa conservation faisant partie de l'inconscient collectif.). L'anthropologie nous a appris que, pour les hommes archaïques, un dieu a pour fonction de distribuer le mana, élément de vie essentiel. Un dieu n'a de valeur aux yeux de ses fidèles que s'il peut distribuer le mana efficacement. Or un dieu qui agit consomme de l'énergie. Le sacrifice a pour fonction de la lui restituer, pour le rendre opérationnel et à nouveau prêt à intervenir avec puissance pour ses fidèles. Avoir plusieurs dieux permettait de disposer d'énergies multiples.19 Le problème de l'énergie est ainsi fondamental, et le souci de King a été de proposer dans ses romans des sources diverses à la production et à la conservation énergétiques (Désolation et Les Régulateurs, qui traitent longuement des problèmes d'une entité, Tak, qui a besoin de l'énergie psychique - humaine ou animale - pour agir, sont intéressants à cet égard).

Ralph, capable de déclencher un éclair bleu et froid avec un atémi de karaté, Lois produisant avec son index des boulettes de lumière gris-bleu, ne peuvent le faire longtemps. Leur énergie s'épuise vite. King a repris les affirmations de ceux qui prétendent que les photographies de Kirlian permettraient aussi d'observer le transfert d'une énergie vitale du corps du guérisseur à celui du patient. Avant l'imposition des mains sur le malade, les guérisseurs présentent sur la photographie une aura puissante qui se transforme en une aura faible, à peine visible, après l'acte de guérison. Les malades subiraient le processus inverse, leur faible aura initiale se transformant après l'action du médium en une aura forte. Ralph et Lois évoquent ce problème avec les petits docteurs chauves, les envoyés de l'ordre de l'Intentionnel (voir mon étude DES MYTHES RELIGIEUX AUX PUISSANCES DE LA TOUR SOMBRE ), qui leur expliquent : "Vos batteries, comme vous dites, ne devraient jamais être à plat, vu que vous détenez une réserve de puissance illimitée." (446) L'énergie psychique serait inépuisable, et Ralph ou Lois ne risquerait pas plus de l'épuiser que de vider l'océan avec un seau de plage d'enfant.

Mais les voilà contraints de chercher à s'approvisionner régulièrement, la fatigue liée à l'absence de pouvoir apparaissant dès que le niveau d'énergie baisse. L'aura faiblit dans ce cas, pouvant servir d'étalon comme la jauge avec laquelle le mécanicien vérifie le niveau d'huile d'une voiture. Quelquefois en situation d'urgence, comme doit le faire Ralph avec Lois, une prise d'énergie est nécessaire, comme cette fois en catastrophe : "Un ruban d'une fumée scintillante commença à couler de la bouche et des narines de Lois pour pénétrer dans la bouche de Ralph. L'aura de ce dernier prit instantanément de l'éclat, éclat qui alla en s'amplifiant pour se métamorphoser en une grande mandorle éblouissante tout autour de lui. (...) Au moment où cette inhalation titanique atteignit son zénith, Ralph se rendit compte que l'aura de Lois était d'une blancheur de lait et du gris était réapparu dans ses cheveux. Il devait s'arrêter, il le devait - sinon, il risquait de la tuer." 20 (636)21

Un élément pittoresque original ici et là vient agrémenter les captations d'énergie qui ont lieu au cours du récit. Notons celle-ci qui donne - ce qui est tout à fait inusité - un goût à l'énergie psychique : "
Un rayon d'un vert éclatant jaillit du clochard, franchit les trois mètres qui les séparaient et pénétra dans la bouche de Ralph. Il avait un goût parfaitement identifiable : le «vin de pomme» Boone's Farm. Goût rude et peu raffiné, mais pas désagréable, dans son genre, avec son côté boisson d'ouvrier. Sensation accompagnée d'un retour de vigueur, ce qui était bien mieux, et d'une clarté de pensée aiguë, ce qui était encore mieux." (564)

Quelles limites?

La possession d'une telle énergie pourrait, entre des mains criminelles, s'avérer très redoutable, comme le meurtre que Ralph commet, sans l'avoir voulu expressément, en intervenant contre un dangereux tueur : "Il prit le visage de Pickering à deux mains, tandis que quelque chose se mettait à flamboyer dans son esprit. (...) Il escalada plusieurs niveaux [mentaux], montant pendant une fraction de seconde plus haut qu'il n'avait jamais été. Au sommet de son ascension, il sentit une force terrible se décharger dans sa tête et exploser le long de ses bras. (...) Le corps de Pickering se mit à tressaillir comme s'il était soumis à une énergie galvanique. (...) Un instant, Ralph eut l'impression de voir de minuscules étincelles bleues jaillir de la pointe de ses cheveux hirsutes. Puis il n'y eut plus rien et Pickering retomba contre le mur." (516) Mort.

Mais ceci n'est rien en comparaison de la lutte, à caractère cosmique, qui se déroule entre Ralph et l'entité Le Roi Pourpre. Subissant le rituel magique du sacrifice, Ralph a accepté que les petits docteurs chauves lui incisent le bras, blessure qui se refermera instantanément. Mais avec cette marque, Ralph porte le signe d'une entité supérieure au Roi Pourpre et bénéficiera occasionnellement de ses pouvoirs, c'est-à-dire de son énergie. Ce qui se produit peu de temps après, Ralph ayant la main et le bras avalé par le mufle du Roi Pourpre : "
La cicatrice chauffa instantanément à blanc et atteignit une température critique. La chaleur ne brûla pas le bras mais en jaillit une vague d'énergie qui allait croissant. Il eut conscience d'un éclair vert titanesque, tellement éclatant que pendant un instant on aurait pu croire que toute la ville d'Oz 22 avait explosé autour de lui. (...) Un torrent d'énergie passa près de lui, son souffle déployé en éventail, sa lueur verte allant en s'estompant." (655) Le Roi Pourpre disparaît.

Énergie et magie.

Enfin King établit un rapport entre l'obtention de résultats magiques et la possession d'une quantité d'énergie suffisante. Venant des temps archaïques, l'attitude magique a toujours été celle de l'enfant ou, de nos jours, de l'adulte non rationalisé qui pense qu'une intervention quelconque venue d'ailleurs peut changer la réalité à son profit. 23 La magie est la projection ou l'expression de l'imaginaire du désir, qui fonctionne dans une certaine ambiguïté, en transgressant la normalité. Dans certaines oeuvres de King comme Ça, les faits magiques se produisent constamment, dans un mépris total de la réalité quotidienne.

Celui qui croit en la magie pense que ce sont les forces de l'invisible qui exerceraient ou permettraient l'exercice de tels pouvoirs, délégués en partie aux partisans de ces forces. Ces forces elles-mêmes, qui peuvent se concrétiser sous forme d'entités, personnalisées ou non, utilisent des techniques particulières d'action sur les hommes. L'humain peut donc, dans une certaine mesure, traiter avec ces forces, souvent avec un rituel approprié. Comme le récapitule Marcel Mauss, le mana "subsume une foule d'idées que nous désignerions par les mots de pouvoir du sorcier, le qualité magique d'une chose, aussi avoir du pouvoir magique; agir magiquement." 24 C'est, très transposée et avec une mise en scène habile, la situation que l'on trouve dans Insomnie.

Ralph aurait besoin de ciseaux pour couper le linceul qui contient l'objet convoité. Il se représente mentalement les ciseaux en acier de la trousse de couture de sa mère : "Il sentit cette force dans son esprit, (...) une force immensément puissante, qui se contractait lentement.. Il fixait ses doigts des yeux et, dans son esprit, fit s'ouvrir et se refermer les lames, tout en mimant le geste. Il sentit l'énergie empruntée au garçon Nirvana et au clochard de Neibolt Street qui, après s'être concentrée sans sa tête, se propageait jusqu'à ses doigts à travers son bras, comme une crampe.
L'aura qui entourait son index et son majeur tendus commença à s'épaissir et à s'allonger. À prendre la forme effilée et nette de lames. Ralph attendit de les voir dépasser d'environ quinze centimètres et fit de nouveau jouer ses doigts. Les lames s'ouvrirent et se refermèrent
. (...)
Il déploya des efforts colossaux pour écarter les doigts; les lames d'un bleu chatoyant s'écartèrent. (...) Ralph resserra les doigts et les lames se refermèrent, ouvrant une fente dans ce qui était à moitié coquille, à moitié chair. Il poussa un cri. Ce n'était pas tant de la douleur qu'il ressentait, qu'une immense fatigue. C'est l'impression qu'on doit avoir lorsqu'on saigne à mort, se dit-il." (588)

Les choses vivent aussi.

Les objets ont une aura, comme les arbres ou les animaux, êtres vivants25 : "Les objets n'avaient jamais été aussi brillants, aussi définitivement présents. Les voitures, les poteaux téléphoniques, les caddies devant le supermarché, les immeubles de l'autre côté de la rue, tout semblait se précipiter sur lui comme dans les vieux films en relief." (144) À fortiori, la consommation d'énergie par les véhicules est visible en couleur! comme ce camion qui laisse des traces : "Un camion de boulangerie reculait d'une place de parking (...) et une substance d'un marron brillant, qui avait presque la consistance du sang séché sortait du pot d'échappement. 26 Ni exactement fumée, ni tout à fait vapeur, mais avec des caractéristiques des deux, elle s'élevait en pics irréguliers qui allaient en s'atténuant, comme une courbe d'électroencéphalogramme. (...) Le véhicule accéléra en quittant le parking et le graphique fantomatique, qu'il laissait derrière lui adopta une nuance d'un rouge brillant semblable à du sang artériel." (145)

Plus singulière est la vie dans le temps de certaines choses. Atropos, le docteur chauve agent de l'Aléatoire, a besoin de voler un objet à l'être humain qu'il a repéré avant de pouvoir provoquer les circonstances de sa mort (rituel magique, inexpliqué). Ralph et Lois sont entrés dans l'antre où il entasse ses trophées, Or ces objets vivent toujours : "
C'est toujours vivant! Tout ce qu'il y a ici est encore vivant! Je ne sais pas comment c'est possible, mais... mais d'une certaine manière, ces choses vivent. À peine. Comment se fait-il qu'elles soient aussi affaiblies?" (584)

Pour les spirites, le passé laisse des traces, inscrites nécessairement quelque part. les objets avec lesquels nous avons été en contact portent notre empreinte, s'imprègnent de nos vibrations, sorte de réservoir contenant quelque chose de chaque personne ou animal ayant existé (1er cas proposé par King, la maison Marsten dans Salem). Ces traces sont perçues par le médium qui, en touchant un objet ou en pénétrant dans un lieu, arrive à reconstruire leur histoire (cas de Johnny dans L'Accident). Le médium entre alors dans une autre dimension, où le présent, le passé et le futur s'entrecroisent, coïncident et se poursuivent en un jeu étrange, de nature magique. Ralph tient en mains une chaussure de tennis et la reconnaît comme appartenant à une amie, Helen : "Lorsque Ralph la prit, il entendit chantonner doucement une voix très lointaine. (...) Il avait reconnu la voix parce que c'était celle d'Helen : "Et en prêtant mieux l'oreille, il entend les voix de tous les autres objets. Elles chantaient comme un choeur perdu." (585)
Le plus singulier de tous ces objets est enfermé dans un linceul noir, comme dans un cocon vampirique, disposé au milieu du cercle d'objets. Il ne chante pas, mais gémit, "
un braiement sans fin" et attire Ralph, qui comprend sa nature : "Ça essayait de leur sucer la vie? Presque, mais ce n'était pas tout à fait cela. Ce n'était ni leur vie, ni leur âme (...) que la chose dissimulée dans le linceul fuligineux voulait d'eux; ou du moins, pas exactement. C'était leur force vitale, leur ka." (584) Un des sens du terme "Ka" proche ici du "mana".

Conclusion.

Peu après
Insomnie, King consacrera deux romans à une entité elle-aussi grosse consommatrice d'énergie, dans Désolation 27 dans Les Régulateurs ·28 Dans ces deux romans, Tak, pur esprit, ne peut vivre que dans le corps d'un humain (voir mon étude DU TAK AU TAK). La prise de possession initiale se fait dans l'ini, par pénétration des orifices du nez et de la bouche (Dés, 549). Cette première prise de possession effectuée,Tak use l'organisme de sa victime d'emprunt à une vitesse considérable. Il lui faut donc constamment changer de corps. Le second type de possession se fait par un bouche-à-bouche de transfert (Dés, 463) avec la nouvelle victime choisie. Dans Les Régulateurs, Seth est le fournisseur de base de Tak, mais il ne lui suffit pas. Tak a besoin davantage dénergie pour se fortifier : "C'est un vampire, n'est-ce pas? (...) sauf qu'il puise de l'énergie psychique au lieu de sang" (326). Il pompe l'énergie des autres (208), et "l'énergie dont il a besoin est disponible avec d'autant plus d'abondance que la personne souffre" (327). King a pris soin de ne pas évoquer ici le problème général de l'énergie universelle, et de sa prétendue infinitude.

Dans Insomnie, King mêle les croyances du New Age à ses propres croyances, en bon méthodiste de la Nouvelle-Angleterre marqué par le puritanisme, ce qui est propre à beaucoup d'Américains. Cette conception de la vie repose sur la conviction que "The Will is the World" toute volonté qui est appuyée sur une énergie suffisante et dirigée méthodiquement obtient nécessairement des résultats dans ce monde. Les pouvoirs du psychisme sont constamment affirmés par King, ce qui fait ressembler certains de ses personnages à des chamanes aux pouvoirs magiques, en relation avec les forces de l'invisible.

Mais l'image du Dieu biblique a marqué King et ses icones littéraires se ressentent fortement de ce qu'il a appris au catéchisme enseigné à l'école de l'Église Méthodiste de Durham, juste à côté de chez lui quand il était enfant. Si bien qu'il mêle inextricablement dans certains de ses récits l'utilisation de la magie païenne avec la mythologie chrétienne. Dans les conceptions des hommes archaïques qui avaient trouvé une solution à leurs problèmes d'explication de l'énergie (évoqués par C. G. Jung plus haut) par la magie et l'intervention des esprits, le mana ou son équivalent tenait lieu d'explication et de lien fictif entre les hommes et les entités qu'ils avaient imaginées. En Occident, les religions judéo-chrétiennes ont cherché à canaliser ce qu'on appelle la "pensée magique" pour la rattacher à une énergie spirituelle, infinie, celle de Dieu. Mais l'esprit magique a du mal à mourir et refleurit toujours en ce siècle perturbé, rendu évident par le succès des sectes qui assurent de la possibilité d'acquérir des pouvoirs occultes, le nombre des marabouts, de désenvoûteurs, de mages, de sorciers africains, de voyants qui publient leurs annonces racoleuses partout où il y a des clients potentiels, dans une vaste escroquerie collective organisée, dans le silence des autorités trop contentes de voir leurs électeurs s'en prendre à des forces occultes plutôt qu'à eux-mêmes. Ne parlons pas de la télévision, favorisant implicitement par ses images ce qui la sert bien, une perte de la conscience rationnelle qui lui permet de désencerveler davantage des consommateurs de publicité...
King écrit pour ce lectorat, marqué par le nomadisme religieux ou de moins en moins fidèle à la religion de ses ancêtres, héritier défaillant des pratiquants intégristes du May Flower.

Mêlant les vieilles croyances magiques aux mythes religieux plus récents, King a rattaché habilement la transmission d'énergie à Ralph par un équivalent du Dieu judéo-chrétien. Dans
Insomnie, certaines entités "merveilleuses, extraordinaires" font partie de l'Intentionnel (440). Un de leurs représentants haut-placé est l'Homme Vert, qui a certains attributs du dieu biblique Jahvé. Il apparaît notamment à la manière de Yahvé s'imposant à Moïse avec son buisson ardent : Lois "se vit alors prise dans une étrange lumière, d'un vert atténué, qui ondoyait tout autour d'elle, lançant ses rayons entre son corps et ses bras. (...). Cette lumière la caressait avec des mains sans chaleur, de la couleur de la mousse espagnole. (...). La seule chose au monde qu'elle avait envie de faire était de se tourner pour contempler la source de la lumière verte. (...). Lois entra dans la lumière." (632) L'Homme Vert "paraissait bon (...). Je n'arrivais pas à le distinguer. Son aura était trop brillante." (634)
L'Homme Vert donne à Lois l'énergie dont Ralph a besoin et qu'elle lui transmettra. En coulisse, il montera le stratagème décisif des fermoirs des boucles d'oreilles de Lois gardés en prévision des blessures qui seront causées aux adversaires. Il n'y a pas d'autres précisions à apporter sur les entités représentant le bien : pour un romancier de l'horreur, cela n'est pas payant. King s'étend bien davantage sur l'adversaire, le Roi Pourpre.
Le Roi Pourpre fait partie de l'Aléatoire, et il veut avant tout éviter qu'un nouveau Messie apparaisse sur la terre. Le Roi Pourpre "
saute d'un corps à l'autre et de génération en génération" "toujours lancé à la recherche du Messie" qu'il a "toujours manqué, mais cette fois, ça pourrait être différent." Parce que Derry est une ville différente : "Toutes les lignes de force ont commencé à converger par ici." (87)
Comme la créature Ça, le Roi Pourpre cache sa vraie forme : "
Il vaut mieux que tu ne me voies jamais sans mes déguisements." (444) Il est capable de prendre successivement des aspects variées pour déstabiliser Ralph, dégageant une lumière "rouge, et non pas noire" mais n'en est pas moins un linceul de mort : Ralph "savait maintenant l'effet que cela faisait de s'y trouver pris, pris dans un filet tissé de ses peurs les plus ignobles et de ses expériences les plus traumatisantes." (652) En final paraît la silhouette d'un homme rouge, rutilant, au regard froid et à la bouche impitoyable; grand, blond, d'une beauté glaciale, avec des yeux et des mains rouges (653). Et enfin l'apparence d'un vieillard tors, qui a perdu beauté et jeunesse (654). Ralph a rencontré le Diable et l'a vaincu, avec l'aide de l'Homme Vert.

Pourtant, en bonne logique, l'ésotéro-occultisme ne fait pas bon ménage avec le christianisme. Comme le signale Jean Vernette, cette doctrine "n'est pas neutre. Elle engage souvent une croyance quasi religieuse qui diverge sur des poins importants. On notera : la conception d'un Dieu, Énergie impersonnelle, Grande Vibration Cosmique, fort différente d'un Dieu personnel révélé par Jésus-Christ. Et le doctrine de la réincarnation comme loi universelle de l'existence humaine diverge de la foi chrétienne en la résurrection." (29)

Cette contradiction, comme bien d'autres, ne gêne pas King. Les droits du créateur jouant avec l'imagination n'ont rien à voir avec les exigences d'exactitude et d'objectivité du scientifique dans son laboratoire. Est-ce au lecteur de se plaindre? Et pourquoi ne pas se livrer à un travail d'analyse comme celui-ci (terminant provisoirement une série de six), travail qui permet de retrouver son esprit rationaliste après avoir joyeusement gambadé sur les chemins de l'Imaginaire.

Roland Ernould © septembre 2002.

Notes :

1 Courant contemporain multiforme, né dans les années 1960, ayant exercé une grande influence aux USA qui mélange écologie et mystique, recherche une prise de conscience de l'harmonie d'un monde à retrouver, par les religions comme les pratiques magiques. L'adepte du new age exerce la maîtrise du corps par les arts martiaux, les thérapies douces, l'accord avec la nature, le végétarisme et l'épanouissement des formes artistiques. Voir Jean Vernette, Le New Age, PUF Que sais-je? 2674.

2 L'énergie vitale a reçu différents noms à travers l'histoire et les écoles spirites en utilise des différents, tous plus ou moins dérivés de la conception du "mana" pour les Indiens du Pacifique : "fluide vital" "bioénergie" "bioplasma" "Ch'i" (pour les anciens Chinois), "prana" (pour les Hindous), fluide vital (pour les alchimistes du Moyen Âge), "fluide universel" (pour Anton Mesmer), "périsprit" (pour Kardec), "fluide odique" (pour von Reichenbach), "rayons-N" (pour le professeur Elondot), , énergie psychique (pour C. G. Jung), "force-X" "énergie préphysique" "énergie éloptique" "énergie biocosmique" "énergie psychotronique" ou "bio-plasma" les appellations ne manquent pas, de la mystérieuse à la pseudo-scientifique. Dans son cycle de Nicolas Eymerich, inquisiteur, Valerio Evangelisti reprend la théorie des «psytrons», particules élémentaires qui voyagent plus vite que la lumière et lui permettent à de donner une justification à des phénomènes mystérieux. En passant par l'esprit humain, les psytrons sont chargés d'informations psychiques capables d'intervenir sur la matière. Réunis, les individus d'une foule peuvent susciter une apparition par l'énergie résultant de l'association de leurs psytrons. Certains, capables d'imprimer consciemment ou inconsciemment un grand nombre d'informations à leur psytrons peuvent envoyer leur double ou des objets imaginaires à différents moments de l'espace-temps.(voir Nicolas Eymerich, inquisiteur)

3 On ne sait rien de la vie d'Hermès Trismégiste, introduit en Europe au XIIIème siècle par des écrits arabes (du XIIème siècle), même pas s'il a existé. Son nom a donné le mot "hermétique". La légende attribue la fondation de l'alchimie et de l'occultisme à ce fabuleux personnage (l'apposition «trismegiste» a donné lieu à plusieurs interprétations), auquel on attribue plusieurs traités. On a fait remarquer que on nom est également celui du dieu grec Hermès (le Mercure latin), le messager entre les dieux et des hommes. Éditions récentes: La table d'Émeraude, Belles-Lettres, 1994; Hermès trismégiste : Le grand texte initiatique de la tradition occidentale, Sand & Tchou, 1996.

4 Franz Anton Mesmer, théologien, médecin allemand (1734/1815), a été vite influencé par les doctrines occultes. Sa thèse de médecine traitait de l'influence des planètes sur la santé humaine. Intéressé par les théories de Paracelse qui "inventa" l'idée de magnétisme animal, il étudia particulièrement tout ce qui se rapporte à la notion de l'esprit universel dans l'oeuvre de Fludd et de Van Helmont. À partir de 1772, Mesmer commença à appliquer le magnétisme au traitement de ses malades et obtint un succès considérable. Il vint à Paris en 1778, où sa réputation l'avait précédé. Les mondains s'empressèrent autour de son baquet "magnétique" capable de soigner diverses maladies. Mesmer, riche, officiait vêtu d'une robe de soie lilas remarquable, la baguette de fer à la main, et au son de chants ou de clavecin (Il fut un moment à Vienne l'ami franc-maçon de Mozart).

5 Des auteurs indiens décrivent des "roues" ou "chakras" tout le long de l'axe corporel. Les chakras représentent des centres hiérarchisés de l'organisme psychophysiologique et chacun des chakras correspond à un ensemble pulsionnel particulier, connecté avec un organe de perception et un organe d'action particuliers. Cette notion n'a aucune valeur scientifique.

6 Psychiatre suisse (1875/1961), fondateur du courant de la psychologie analytique. Avec Freud, il va tenter d'appliquer la psychanalyse au traitement de la démence précoce. Les deux hommes, proches au début, se séparent en 1913, après la publication des Métamorphoses de l'âme et ses symboles, ouvrage dans lequel Jung s'oppose complètement à Freud. La psychanalyse de Jung nie le rôle positif du transfert, analyse les rêves par rapport aux archétypes, et se donne pour but une rapide adaptation du sujet à la vie réelle

7 C. G. Jung, Psychologie de l'inconscient, 1952. Livre de poche Références, éd. 1996, 123.

8 Le mana est une croyance archaïque, universelle sous diverses appellations, sorte de force spirituelle immatérielle et surnaturelle. Cette notion est liée un problème d'énergie et de puissance vitale. L'anthropologie nous a montré que, pour les hommes archaïques, un dieu a pour fonction de distribuer le mana, élément de vie essentiel.

9 Cette couleur a peut-être été choisie en fonction de la couleur de l'orgone, énergie que prétendait avoir découvert Reich.

10 Chez les anciens Égyptiens, on trouve une notion à la fois similaire et différente, le ka, devenu le pouvoir procréateur, qui est en l'homme son support vital. C'est l'"énergie motrice de l'être, qui donne l'élan de la vie. Chaque homme, chaque dieu possédait un ka particulier, parcelle de la grande force divine diffuse dans l'univers" Claire Lalouette, L'Empire de Ramsès, Fayard, 1985, (480)

11 Les Trois Cartes, La Tour Sombre 2 (The Drawing of the Three, 1987). Édition fr. J'ai lu 1991.

12 Ou dans d'autres circonstances: "Roland ferma les yeux et se concentra tout entier sur Jake. Il pensa aux yeux du garçon et expédia son ka à leur recherche" Terres Perdues, II.V.29.

13 Un autre sens est synonyme de destinée : "Il n'y avait que trois choses qui comptaient: la mort, le ka et la Tour." (Les Trois Cartes, Brassage). Roland a passé "sa vie entière à lutter contre la fatalité brutale - c'était son ka en quelque sorte." (Les Trois Cartes, Le Pusher, 1.2). C'est le plus souvent à l'idée de destinée que King raccordera le mot Ka, avec les nuances nécessaires : "Le ka ne régit pas tout et des coïncidences peuvent toujours se produire." (Terres Perdues, II.IV.20). Et enfin un lieu lié à l'action et sa localisation : "Ici, ka veut dire devoir ou destin, ou encore, dans l'usage courant, un lieu où tu dois te rendre." (Les Trois Cartes, Brassage).

14 Médecin et psychanalyste, né en Galicie en 1897, Wilhelm Reich a été l'assistant de Freud à Vienne, en 1922. En 1930, il s'installe à Berlin, s'inscrit au Parti communiste et fonde le Sexpol, un institut de politique sexuelle. Dans de nombreux écrits, comme La fonction de l'orgasme (1927), il défend la thèse que la frustration sexuelle du prolétariat contrecarre sa prise de conscience politique. Seul le rejet total des inhibitions sexuelles permettra la réalisation de sa mission révolutionnaire. Son caractère entier, sans concessions, l'attaque directe qu'il mène contre les opposants à ses idées lui amèneront de nombreux déboires. En 1933-1934, il est exclu du Parti, de l'Association psychanalytique Internationale, et fuit l'Allemagne où les nazis ont pris le pouvoir. Après un itinéraire mouvementé dans les pays nordiques, il trouve un refuge aux Etats-Unis, et une certaine audience, grâce au soutien des milieux socialistes et anarchistes. Ses livres, trois périodiques, une fondation et un institut diffusent sa pensée, et suscitent des disciples. La révolution sexuelle (1945) expose que les institutions ne peuvent pas être bonnes sans évolution de la sexualité. En revanche, la libération sexuelle produira un monde équilibré, où lois et autorité seront inutiles.
Reich s'appuyait sur sa découverte de l'«énergie orgonique», force universelle dont il affirmait qu'elle régissait la vitalité. Il se mit à vendre des «accumulateurs orgoniques» qui prétendait-il, devaient guérir l'anémie comme l'arthrite, le cancer comme les ulcères chroniques, à peu près toutes les maladies qui proviennent d'un déficit vital. Les autorités médicales et la Food and Drug Administration intervinrent. Après une longue polémique où il fut comparé aux grands martyrs de la science, Reich fut emprisonné. Il mourut en prison en 1957, à 60 ans. Reich passa ensuite pour un martyr de la science et les événements consécutifs aux mouvements étudiants des années soixante le remirent au goût du jour.

15 Ralph se sent conditionné, comme un "pion sur un échiquier".

16 Allusion à John Wayne Gacy, un honorable entrepreneur, un tueur en série des années 70 qui se déguisait en clown surnommé Pogo pour attirer des jeunes gens et les assassiner. King cite plusieurs fois Pogo, duquel il a repris l'idée du personnage déguisé dans Ça. La citation la plus récente : "Nous avons rencontré l'ennemi, et il est en nous dit Pogo" Dreamcatcher, 480.

une photo de Pogo, en représentation...

17 Bela Lugosi, acteur de cinéma hongrois (1882/1956). devenu, à partir de 1931, le plus célèbre vampire de l'âge d'or du cinéma fantastique américain en jouant le Dracula de Tod Browning, puis plusieurs autres dans des rôles de vampire. De nombreuses légendes circulent autour du personnage, errant encore dans sa vieillesse en cape noire dans les quartiers de sa ville. Le lecteur aura évidemment remarqué que son prénom a été changé pour celui de Ralph par King, puisque les personnages de la fiction cinématographique ont été remplacés par ceux de la fiction romanesque.

18 Il y a plusieurs niveaux dans la cosmogonie particulière d'Insomnie, qui serait aussi celle de La Tour Sombre. Voir pp. 427 et suivantes.

19 D'où les difficultés, bien connues par La Bible, des Hébreux d'abandonner leurs divers dieux primitifs pour un seul, même très performant comme Yahvé. Qu'on songe à tous les saints occidentaux qui remplissent la même fonction dans une religion judéo-chrétienne pourtant monothéiste. Certains hommes (guerriers, prêtres et guérisseurs), disposent aussi du mana. Voir notamment Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Plon, 1958; et La pensée sauvage, Plon, 1962. Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, PUF, 1966. t

20 On est bien obligé de faire remarquer à King qu'emporté par son élan, il a bravé la contradiction implicite sur laquelle tout le récit est fondé. Il affirme d'une part que l'énergie qu'il y a en chacun de nous est inépuisable et pratiquement infinie, mais en même temps ses personnages sont vite en manque d'énergie. Quand on voit Lois ainsi pâlir, et que Ralph constate qu'en insistant, il va l'épuiser et la faire mourir,on peut constater sur un cas que King ne faiblit pas en tout cas devant les paradoxes...

20 King a des problèmes de limites à ne pas dépasser, ce qu'il oublie suivant, tombant alors dans le grand-guignol et détruisant son travail antérieur. Le récit continue ainsi. Ralph "débordait d'un sentiment de puissance tellement gigantesque qu'il avait l'impression d'être sur le point d'exploser au moindre contact, comme une bouteille de nitroglycérine. Il aurait pu détruire tout un bâtiment - voire tout un pâté de maisons - d'un seul atémi de karaté." (636)

21 Allusion au célèbre roman de fantasy de L. Franck Baum, Le magicien d'Oz (The Wizard of Oz, 1900), oeuvre qui a bercé l'enfance de nombreux Américains, et dont le succès ne s'est jamais démenti. Baum réalisa plusieurs suites. On en fit une pièce de théâtre, un film de Victor Fleming en 1939, et une version moderne de Sidney Lumet en 1978.

22 Magistralement étudié par Bruno Bettelheim, The Uses of enchantement (1976), trad. Fse Psychanalyse des contes de fées, Robert Laffont éd., 1976. Le titre original (approximativement traduit) signifie littéralement : Du bon usage du merveilleux.

23 Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950, 101/2

24 Une des prétendues conséquences de l'énergie vitale des végétaux liés à l'énergie universelle est donnée avec les communautés Findhorn, du nom d'une baie d'Écosse, où, en 1962, un chômeur se mit à cultiver des légumes avec son épouse. Il en obtint de gigantesques dans un sol ingrat et sous un climat rude. Il prétendit avoir redécouvert l'agriculture biologique centrée sur l'importance de l'humus, dans une coopération constante avec les "dévas" les esprits de la nature. Il affirme ne former, avec ses disciples, qu'une communauté d'amour avec le cosmos dans la créativité et l'amour. Voir Jean Vernette, Le New Age, PUF Que sais-je? 2674, 82 et sv.

25 L'essence, le sang d'un moteur? Il fallait y penser.

26 Désolation (Desperation 1996). Édition fr. Albin Michel 1996.

27 Les Régulateurs (The Regulators 1996) Richard Bachman. Édition fr. Albin Michel 1996.

28 Jean Vernette, Les mystères de l'occulte et de l'étrange, Presses de la Renaissance, 1998, 116.

ce texte a été publié dans ma Revue trimestrielle

différentes saisons

 # 17  automne 2002.

   

Contenu de ce site Littératures de l'imaginaire :

.. pages Stephen King

Sa vie

Ses oeuvres

Ouvrages récents DE King

Ouvrages SUR King

Cinéma

Revue trimestrielle

différentes saisons

Notes de lectures

Revues fantastique et SF

Dossiers

 

 .. liste des auteurs

.. mes dossiers sur les auteurs

. . .. . ..

.. . .. . ..