AUTO-INTERVIEW DE Stephen KING : juin 2002.

traduction de Sylvain Tavernier © <syltavernier@wanadoo.fr>

An Interview With Stephen King

By Stephen King

 

[Stephen King sat down with himself on the evening of June 3,2002, to discuss his progress on the last three Dark Tower novels, and to talk a little bit about what readers can expect. And when.

The interview ended with the Red Sox game still in progress, but it can be noted here that they went on to lose. But then, so did the Yankees.]

 

Steve: Thanks very much for making this time to talk about The Dark Tower for visitors to your website.

S.K. Well, it's your website, too, you know.

 

Steve: That's true.

S.K. And this'll have to be a real shortie, because the Red Sox are playing tonight. I checked, though, and Pedro just gave up a home run to the Tigers' lead-off hitter, so maybe that's not a priority.

 

Steve: We'll keep it brief, just the same. As a matter of personal curiosity, do you find interviewing yourself difficult?

S.K. No. All writers talk to themselves, I think. This is just another version of that.

 

Steve: What are you listening to these days?

S.K. Well, the new Eminem record kicks major ass. The guy is funny, smart, and sometimes shocking. Those are all things I look for in rock and roll.

 

Steve: Eminem's a rapper.

S.K. It's all rock and roll to me, although Eminem might not go along with that. In fact, he'd probably get his buddy Slim Shady to call me on the phone and tell me to go fuck myself.

 

Steve: Seen anything good at the movies?

S.K. Unfaithful. Good suspense and beautifully photographed. Everyone's talking about Diane Lane, but I was startled by what a wonderfully understated performance Richard Gere turned in.

 

Steve: Seen Clones?

S.K. (laughs) You sound like that ad: "Got milk?" No. Next week, I think. I've been waiting for the crowds to thin. I'll probably enjoy it. People have gotten into the habit of expecting far too much from those movies, you know-from the first one on, they've been loving recreations of the movie serials that George Lucas must have been hooked on as a kid-the Flash Gordon/Buck Rogers stuff. Nothing expresses that so clearly as titles like "A New Hope" and "The Attack of the Clones," or whatever it is. And then the critics act pissed because they're getting popcorn movies instead of Truffaut.

 

Steve: So let's get down to business.

S.K. Let's. You've only got ten minutes left.

 

Steve: Then why'd you waste my time, gassing about George Lucas and Eminem?

S.K. It was my time, too. If you see what I mean.

 

Steve (sighs): All right, where are you vis à vis The Dark Tower?

S.K. Well, Book 5, Wolves of the Calla, and Book 6, Song of Susannah, are both done-down on paper, anyway. I'd say the last book, which is simply called The Dark Tower, is about a third of the way. That's a total of 1900 manuscript pages since last July. It's easily the biggest project I've ever taken on, and I'm throwing in everything I have. Including a little craft, actually. But I'm tired, so-

 

Steve: Time off, right?

S.K. Yeah. Need to shut everything down for a little while and recharge.

 

Steve: How long?

S.K. If the computer screens stay dark and I can keep from picking up a legal pad, a month should do it. I'll be crazy by July 4th, but I should be rested and ready to rock.

 

Steve: Happy with everything so far?

S.K. I don't know how I feel. Weird, I guess. You have to remember that this project spans over thirty years of my life, and a lot of other books I've written have this as their basis. I feel a little like Cal Ripken, making his farewell tour of all the stadiums in the American League. But in the quiet room where I work, no one's cheering. I just hope some of them will when they read the pages. You have to remember that, for most Steve King readers, Roland the gunslinger's never been a priority. The Dark Tower books are╔well, they're different.

 

Steve: Father Callahan from 'Salem's Lot turns up in these books, doesn't he?

S.K. Yeah. Also Ted Brautigan from Hearts in Atlantis, Sheemie the tavern-boy from Wizard and Glass╔even Dinky Earnshawe from the short story "Everything's Eventual."

 

Steve: Who's doing the art for the Donald Grant editions?

S.K. Some good people. Great people, actually. Berni Wrightson's gonna do the illustrations for Wolves. I've already seen some roughs, and they are so fucking terrific. Darrel Anderson is going to do Song of Susannah, and I'm hoping that Michael Whelan will sign up to do the paintings for the final volume, The Dark Tower.

 

Steve: Wow, he did the first one, right?

S.K. Yeah, and it's his version of Roland I always see in my mind's eye when I write. I really hope this happens. He'd be the only one to do pictures for two of the books, but since he was there at the beginning, it'd be great if he was there at the end. Alpha and omega, baby.

 

Steve: Big question. When will they be published?

S.K. That's an impossible question to answer while the books are still not finished. Let me put it this way. If everything went perfectly-the way they do in your daydreams, where you pitch no-hitters and win Academy Awards-Wolves would be published by Donald Grant Publishers sometime late in 2003. Song and Tower would follow in short order.

 

Steve: You mean they'd come out like three months apart?

S.K. Roughly, yeah.

 

Steve: If we're talking about long books, those will be expensive items-Grant does beautiful work, and then there's the illustrations.

S.K. They'll be expensive, all right. The Grant editions have always been pricey, right from Book One, The Gunslinger.

 

Steve: Will the fans think you're ripping them off?

S.K. I don't know. I hope not, because I ain't. You know that saying about how you can't please all the people all of the time? Back in the old Dark Tower days [1982, 1987, 1992] I used to get letters from fans howling that they couldn't get the books at any price, because they were limited editions. The assumption that anyone with the money should be entitled to anything makes me crazy, but let's not go there tonight. In this case, there'll be books for anyone who wants them, so at least there shouldn't be complaints on that score. Unless something goes wrong, which I suppose is always a possibility. But for me, it's a personal decision. Grant wanted Roland of Gilead when nobody else, including my own mainstream publisher, wanted anything from me but horror stories. I started with Grant, and although Don himself is now retired-living the good life in Florida, I believe, with his lovely wife-I intend to finish with Grant. Robert Wiener's now at the helm, and he's a damned good guy. I'd salute and call him captain any day, tell you that.

 

Steve: What about the paperbacks? They should be more affordable.

S.K. Yeah. I really don't want to skin anybody for these books. If things go as I hope they will, the trade paperbacks will follow hot on the heels of the hardcovers. Much more affordable.

 

Steve: A six-month lag-time, would you say?

S.K. Sounds about right, but that's not worked out yet. The trade paperback editions will come from Scribner's, they'll have all the illustrations and grace-notes, and they'll sell for a lot less scratch.

 

Steve: How much is a lot less scratch?

S.K. All I could do is guess.

 

Steve: Guess.

S.K. Why are you being such a bastard to me tonight?

 

Steve: I am you. Guess.

S.K. Shit, I don't know. Say twenty bucks each, but don't hold me to it.

 

Steve: And then the mass market paperbacks from Pocket Books?

S.K. I'd presume.

 

Steve: A year later.

S.K. That's usually the deal, yeah.

Steve: And for people who want to catch up, what about the first four volumes? Are they still available in New American Library editions?

 

S.K. Yeah. Signet's putting new covers on the mass market paperbacks.

Steve: Will Plume re-issue their trade paperbacks, do you think? There were some great illustrations in those.

 

S.K. Hope so, but I really couldn't tell you. I haven't had a lot of contact with those folks since the Penguin Putnam Era began over at Viking and NAL.

Steve: And now Phyllis Grann has moved on.

 

S.K. Yep. So she has.

Steve: Any comments on that?

 

S.K. Nope. Are we about through here?

Steve: Two more questions, maybe. The first one: There were these nifty little synopsis things at the beginning of Books 2, 3, and 4. Will we see those in the last three?

S.K. No. The Dark Tower is really a single novel. Those who've followed the story up to this point can pick up right where they left off, with no problem. For those who've never read The Dark Tower series at all╔well, Wolves of the Calla is not the place to start. Those people would do better to go back to the beginning. A synopsis would be as long as a novella, and confusing at that. What's your last question? The Red Sox have tied it, 4-4 in the fourth.

 

Steve: Will these books really get finished?

S.K. Until you write THE END at the bottom of the last page, you can never be sure; a storm can always come up and sink your little boat. I know about storms, because I've had a few in my life. All I can say is that I'm trying as hard as I can, and so far the work seems good to me. On a day by day basis, I'm having a great time, and that's usually a good sign.

 

Steve: Will Roland and his friends make it to the Dark Tower? And if they do, what will they find there?

S.K. It's time for me to go and watch some baseball.

 

Une interview avec Stephen King

par Stephen King

 

(Stephen King s'est assis en sa propre compagnie dans la soirée du 3 juin 2002 pour évoquer les progrès des trois derniers volumes de la Tour Sombre et pour parler un petit peu de ce que les lecteurs sont en mesure d'attendre. Et surtout, pour quand.

L'entretien s'est achevé à cause du match des Red Sox qui était toujours en cours, mais on peut faire remarquer qu'ils ont finalement perdu. Mais bon, passons... comme l'ont fait les Yankees.)

 

Steve : Merci beaucoup de prendre un moment pour parler de la Tour Sombre aux visiteurs de ton site.

S.K : En fait tu sais, c'est le tien aussi.

 

Steve : C'est vrai.

S.K : On va devoir faire court parce que les Red Sox jouent ce soir. J'ai quand même fait une pause, et puis Pedro vient de contrer un home-run au batteur leader des Tigers, alors ça peut attendre un peu.

 

Steve : Ce ne sera pas très long... tout comme le match. Pour ma curiosité personnelle : est-ce que tu trouves difficile de t'interroger toi-même ?

S.K : Non, je pense que tous les écrivains se parlent tout seuls. C'est juste une autre façon de faire.

 

Steve : Qu'est-ce que tu écoutes ces derniers temps ?

S.K : Eh bien je trouve que le nouvel album d'Eminem botte le cul. Ce mec est sympa, élégant et parfois provoquant. Tout ce que j'aime dans le rock'n roll.

 

Steve : Sauf que Eminem est un rappeur.

S.K : C'est du rock pour moi, même si Eminem n'ira sans doute pas très loin avec ça. Remarque, à tous les coups il a déjà été chercher son pote Slim Shady pour m'appeler au téléphone et m'envoyer me faire foutre.

 

Steve : Tu as vu des bons films au ciné ?

S.K : Infidèle. Un bon suspens et une belle photo. Tout le monde parle de Diane Lane, mais j'ai été très surpris par la performance à contre-emploi de Richard Gere.

 

Steve : Tu as vu l'Attaque des Clones ?

S.K (rires) : Tu demandes ça comme tu dirais "Tu as du lait ?" Non. La semaine prochaine je pense. J'attends que les files d'attente diminuent. Ça va sûrement me plaire. Les gens ont pris l'habitude de trop attendre de ces films, tu sais - depuis le tout premier, ils sont tombés amoureux de ces séries de films tout comme George Lucas gamin devait être accroc aux séries de Flash Gordon et de Buck Rogers. Rien ne le traduit mieux que des titres comme "Un Nouvel Espoir" et "l'Attaque des Clones", ou peu importe lequel. Et ensuite les critiques pissent dessus parce qu'on leur donne des pop-corn movies au lieu d'un Truffaut.

 

Steve : Bien, mettons-nous au travail.

S.K : C'est parti. Il te reste dix minutes.

 

Steve : Alors pourquoi tu m'as fait perdre mon temps à me parler de George Lucas et de Eminem ?

S.K : C'était aussi MON temps, si tu vois ce que je veux dire.

 

Steve (soupir) : Très bien... Alors, où en es-tu vis à vis de la Tour Sombre ?

S.K : Les livres 5 et 6, Wolves of the Calla et Song of Susannah, sont tous les deux achevés. Sur le papier tout du moins. Je dirais que le dernier tome, simplement appelé La Tour Sombre, en est à un tiers du chemin. Ça représente un manuscrit de près de 1900 pages depuis juillet dernier. C'est de loin le plus gros projet que j'ai jamais engagé et je lui donne tout ce que j'ai. Y compris un peu de "souplesse", en vérité. Mais je suis fatigué alors...

 

Steve : Temps mort, c'est ça ?

S.K : Ouais. J'ai besoin de tout laisser reposer un petit moment et de récupérer.

 

Steve : Combien de temps ?

S.K : Si l'ordinateur reste éteint et que je peux me tenir éloigné du moindre bout de papier, un mois devrait faire l'affaire. Quitte à être tout excité le 4 juillet, je serai bien reposé et prêt à m'y remettre.

 

Steve : Heureux d'être allé aussi loin ?

S.K : Je ne sais pas trop comment je me sens. Bizarre, sans doute. Rappelle-toi que ce projet englobe trente années de ma vie et qu'un bon nombre des autres livres que j'ai écrits s'y rapportent. Je me sens un peu comme Cal Ripken faisant son tour d'adieu sur tous les stades de l'American League. Sauf que dans la pièce tranquille où je travaille il n'y a personne pour m'encourager. J'espère juste qu'en lisant ces pages certains le feront. Rappelle-toi encore que pour la plupart des lecteurs de Stephen King, Roland le Pistoléro n'a jamais été une priorité. Les livres de la Tour Sombre sont... eh bien, ils sont différents.

 

Steve : On retrouvera bien le père Callahan de Salem dans les prochains tomes ?

S.K : Ouais... Ted Brautigan aussi, de Coeurs Perdus en Atlantide, et Sheemie, le garçon de taverne de Magie et Cristal... et même Dinky Earnshawe de Tout est Éventuel.

 

Steve : Qui s'occupe des illustrations pour la publication chez Donald Grant ?

S.K : De bonnes personnes. LES bonnes personnes, à vrai dire. Berni Wrightson va se charger de celles de Wolves. J'ai déjà vu quelques croquis et ils sont foutrement bons. Darrel Anderson prend en main Song of Susannah, et j'ai bon espoir que Michael Whelan accepte de réaliser les dessins du dernier tome, La Tour Sombre.

 

Steve : Wow ! Il avait fait ceux du premier tome, non ?

S.K : Exactement, et c'est sa vision de Roland qui m'apparaît à l'esprit chaque fois que j'écris. J'espère vraiment que ça va se faire. Il serait le premier à illustrer deux de ces livres, mais comme il était là dès le commencement ce serait super qu'il soit là pour la fin. C'est l'Alpha et l'Omega, mec.

 

Steve : Vaste sujet. Quand seront-ils publiés ?

S.K : C'est impossible à dire tant que les livres ne sont pas complètement terminés. Laisse-moi faire en sorte qu'ils le soient. Si tout se passe bien - comme dans ces chouettes rêves où tu ne te cognes à aucun chauffard et où tu remportes des Oscars - Wolves devrait être publié chez Donald Grant au plus tard courant 2003. Song et Tower le suivront à intervalles réguliers.

 

Steve : Tu veux dire à environ trois mois d'écart ?

S.K : Oui, à peu près.

 

Steve : Puisque nous parlons de gros romans, ils coûteront sûrement cher : Grant fait du beau travail et en plus il y a les illustrations.

S.K : Ils coûteront cher, c'est sûr. Les exemplaires de Grant n'ont jamais été donnés, même depuis le premier tome, Le Pistolero.

 

Steve : Les fans risquent de penser que tu les rackettes...

S.K : Je ne sais pas. J'espère que non parce que ce n'est pas ce que je cherche. Tu te souviens avoir dit que tu ne pouvais pas satisfaire tout le monde en permanence ? Déjà dans l'ancien temps de la Tour Sombre, en 82, 87 et 92, je recevais régulièrement des Beuglantes de la part de fans qui ne pouvaient pas suivre les prix puisqu'il s'agissait d'éditions limitées. L'idée que l'argent donne tous les droits à ceux qui en ont me rend malade, mais laissons ça de côté pour ce soir (1). Dans le cas présent, il y aura des livres pour tous ceux qui en voudront, donc au moins il ne devrait pas y avoir de plainte au sujet du nombre. A moins qu'un imprévu s'en mêle, ce qui est toujours possible.

Mais c'est un choix personnel de ma part. Grant a cru en Roland de Gilead alors que personne n'en voulait, pas même mon principal éditeur qui acceptait tout venant de moi du moment que c'était des histoires d'horreur (2). J'ai démarré avec Grant, et bien que Don ait désormais pris sa retraite - je crois qu'il mène la belle vie en Floride avec sa tendre épouse - je compte bien finir avec Grant. C'est Robert Wiener qui en est à la tête maintenant et c'est un sacré gaillard. Je le salue et lui sort du "Capitaine" quand il veut, dis-toi bien ça.

 

Steve : Et les paperbacks (3) ? Ils devraient être plus abordables.

S.K : Bien sûr ! Je n'ai vraiment pas l'intention de dépouiller qui que ce soit avec ces livres. Si le choses se déroulent comme je le souhaite, les paperbacks devraient talonner de près les hardcovers. Ils seront beaucoup plus abordables.

 

Steve : Tu dirais quoi ? Environ six mois d'écart ?

S.K : Ça sonne bien... mais ce n'est pas encore fixé. Les paperbacks seront publiés chez Scribner, avec toutes les illustrations et leur légende, et on les vendra avec une bonne ristourne.

 

Steve : Ça représente combien "une bonne ristourne" ?

S.K : Je peux juste deviner...

 

Steve : Alors devine.

S.K : Pourquoi est-ce que tu es aussi salaud avec moi ce soir ?

 

Steve : Je suis toi. Devine.

S.K : Et merde, j'en sais rien. On va dire 20 dollars pièce, mais ne m'en demande pas plus.

 

Steve : Et ensuite, l'édition de poche (4) chez Pocket Books ?

S.K : Je suppose.

 

Steve : Un an après.

S.K : Oui, en principe.

 

Steve : Et pour les gens qui voudraient rattraper le retard, les quatre premiers livres sont toujours disponibles chez New American Library ?

S.K : Ouais. Signet est en train de préparer de nouvelles couvertures pour l'édition de poche.

 

Steve : Tu penses que Plume va ressortir ses propres paperbacks ? Il y avait de chouettes illustrations dedans.

S.K : J'aimerais bien, mais je ne peux pas vraiment le confirmer. Je n'ai pas eu beaucoup de contacts avec ces marrants depuis que Penguin a été remplacé par Viking et NAL (5).

 

Steve : Et puis Phyllis Grann les a quittés.

S.K : Ouaip. C'est comme ça.

 

Steve : Des commentaires là-dessus ?

S.K : Nan. On a bientôt fini ?

 

Steve : Deux questions encore. La première : est-ce qu'on retrouvera dans les prochains livres les résumés des précédents, comme au début des tomes 2, 3 et 4 ?

S.K : Non. La Tour Sombre ne représente réellement qu'un seul roman. Ceux qui ont suivi l'histoire jusqu'à ce stade pourront reprendre leur lecture sans aucun problème. Pour ceux qui n'auraient jamais lu la Tour Sombre et bien... Wolves of the Calla n'est pas l'idéal pour commencer. Le mieux serait de tout prendre depuis le début. Un résumé serait confus et aussi long qu'une novella. Une dernière question ? Les Red Sox ont égalisé, 4-4 dans la quatrième manche.

 

Steve : Ces livres seront-ils vraiment finis un jour ?

S.K : Tant que tu n'as pas écrit le mot FIN au bas de la dernière page, tu ne peux jamais être sûr. Une tempête peut toujours surgir et couler ton petit bateau. Je m'y connais en tempêtes, j'en ai essuyées quelques unes dans ma vie. Tout ce que je peux dire, c'est que je travaille aussi dur que possible et jusqu'à présent, ça me semble être du bon boulot. Au jour le jour, je prends un vrai plaisir et en général c'est plutôt bon signe.

 

Steve : Roland et ses compagnons parviendront-ils jusqu'à la Tour Sombre ? Et s'ils y arrivent, qu'y trouveront-ils ?

S.K : Il faut que j'y aille. Regarder un peu de base-ball.

 

Notes :

(1) Merci à Franck Ernould pour cette phrase : c'est sa traduction qui m'est apparue comme la plus simple et la plus efficace.

(2) Lire d'urgence la délicieuse postface de Différentes Saisons. La relire si c'est déjà fait.

(3) Les américains aiment se compliquer la vie avec un tas de versions différentes d'un même roman : une première édition "luxe"(hardcover), très chère, qui paraît chez Donald Grant et qui ne traverse jamais l'Atlantique. Ensuite les paperbacks, correspondants en France à notre première édition en grand format chez Albin Michel. Et enfin les livres de poches, aux couvertures généralement hideuses.

(4) Comme en France, donc.

(5) Considérations éditoriales un brin compliquées.

..

 .. du site Imaginaire : liste des auteurs

.. du site Différentes Saisons, revue trimestrielle

mes dossiers sur les auteurs

. . .. . .. . . .